La route de la soie

Coronavirus : Test du vaccin cubain en Iran

icône crayon 18/01/2021

L’Iran est catégorique, aucun vaccin américain et britannique ne sera testé dans le pays. Après avoir interdit l’entrée de ces vaccins sur son territoire, l’Iran a signé un accord avec Cuba pour tester l’efficacité de Soberana 02, le candidat vaccin cubain le plus avancé contre le covid-19.

L’Iran refuse l’importation des vaccins anti-covid-19 américains et britanniques

Vendredi dernier, le Guide suprême iranien Ali Khamenei a déclaré sur Twitter l’interdiction de l’importation des vaccins anti-covid-19 en provenance des États-Unis et du Royaume-Uni dans son pays. Il estime que ces vaccins pourraient servir à contaminer son pays : « On ne peut absolument pas leur faire confiance. Il n’est pas impossible qu’ils veuillent contaminer d’autres nations ». Quelques heures après sa publication, le tweet a été supprimé par la plateforme en considérant qu’il violait les règles concernant « les informations fausses et trompeuses ».

Compte tenu de cette décision, 150 000 doses de vaccins Pfizer-BioNtech originaires de scientifiques iraniens vivant aux États-Unis resteront dans leurs boîtes, explique le Croix Rouge Iranien.
Bien que certains désapprouvent cette décision prise par l’ayatollah Khamenei, le ministre de la Santé iranien, lui, affirme qu’ils ne peuvent vraiment pas faire confiance aux Américains. En effet, ces derniers ont bloqué pendant plusieurs mois les transactions bancaires de leurs pays lors de l’achat de médicaments ou de vaccins dans le programme Covax mis en place par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé).

En attendant de pouvoir produire son propre vaccin, l’Iran accepte de tester l’efficacité du vaccin cubain Soberana 02.

Cuba va tester l’efficacité du vaccin Soberana 02 en Iran

Au lendemain de la déclaration du Guide suprême contre l’importation des vaccins américains et britanniques, l’IFV ou l’Institut de Vaccination Finlay annonce à son tour sur Twitter la signature d’un accord entre l’Iran et Cuba. Les deux parties ont signé cet accord à La Havane dans le but de connaître l’efficacité et d’achever les preuves cliniques de « Sobérana 02 », le vaccin cubain anti SARS-Cov-2 le plus avancé que les scientifiques du Centre d’ingénierie génétique et de biotechnologie aient développé. Selon les autorités iraniennes, ce vaccin sera testé à grande échelle en Iran. S’il apporte des résultats positifs, le pays envisagera de produire son propre vaccin.

En fin décembre 2020, Vicente Vérez Bencomo, Directeur de l’IFV avait annoncé à La Havane son projet de lancement de la phase 3 des essais cliniques de ses candidats vaccins pour le mois de janvier 2021. Pour ce faire, il a sollicité la participation de 150 000 volontaires et une négociation avec d’autres pays. En effet, contrairement aux autres pays, Cuba connaît une faible prévalence de la Covid-19.

Vicente Vérez Bencomo a également déclaré que d’ici la fin du premier semestre 2021, Cuba sera en mesure d’administrer son propre vaccin contre le covid-19 à toute sa population. Mis à part le Sobérana 01 et Sobérana 02, l’Institut de Vaccination Finlay effectue également des recherches sur le « Mambisa » et l’« Abdala », deux autres candidats vaccins qui peuvent servir à lutter contre le covid-19.

Les scientifiques cubains sont connus pour avoir de l’expérience en matière de recherche vaccinale. Outre l’IFV, le programme national de vaccination infantile prévoit aussi de travailler sur 11 vaccins qui lutteront contre 13 maladies. Parmi ces vaccins, seulement huit sont produits sur l’île et le reste dans d’autres pays.

En raison de l’ouverture des frontières, les autres pays avoisinants Cuba ont connu une résurgence de nombre de cas de contamination. Pourtant, selon la comptabilisation du samedi dernier, le pays semble avoir contrôlé la pandémie avec ses 14 188 cas et 148 décès.

icône retourner en haut
Haut